Vulpin des champs : nos conseils pour s’en débarrasser

Sommaire de l'article

Lorsqu’on est un agriculteur qui doit gérer un nombre de parcelles élevé, il est impossible de mettre de côté les mauvaises herbes. Les puristes parleront alors d’adventice, mais ce qu’il faut retenir, c’est que leur prolifération affecte fortement le développement des céréales. Et quand on a des objectifs précis en termes de rendements, ce n’est pas une bonne nouvelle ! Pour cet article, on va s’intéresser spécifiquement au vulpin des champs et aux moyens à mettre en oeuvre pour un désherbage efficace.

Qu’est-ce que le vulpin des champs ?

Avant toute chose, il est important de connaître les spécificités de la plante herbacée qui nous intéresse. De son nom latin Alopecurus myosuroides qui signifie “queue de renard”, le vulpin des champs est très commun dans nos champs et prairies. Enfin, si on veut être précis, sa présence se remarque particulièrement dans la partie nord de la France. Il s’agit d’une graminée annuelle à l’instar du ray-grass, c’est-à-dire qu’il pousse toute l’année, même si les levées ont lieu surtout en automne et au printemps.

Si cette plante est considérée comme une adventice pour des cultures variées, c’est parce qu’elle est très invasive. En outre, sa capacité à germer très rapidement pose problème puisque les semis de céréales se retrouvent infestés en un rien de temps. Le vulpin des champs se charge alors de leur voler leur eau et leurs nutriments, ce qui a un impact sur la croissance de ces céréales. Si on ne les enlève pas, on est alors obligé d’utiliser davantage d’eau et d’engrais, ce qui est très contraignant.

D’autre part, bien qu’elle puisse être utilisée pour sa valeur fourragère, cette plante est moins intéressante que le vulpin des prés sur cet aspect. Par conséquent, il n’y a pas que les cultivateurs qui souhaitent s’en débarrasser et nous allons voir tout de suite quelles mesures prendre en ce sens.

Quelles sont les méthodes de désherbage du vulpin des champs ?

Il existe actuellement plusieurs méthodes pour limiter la prolifération de vulpin des champs, sachant qu’on ne peut pas l’éliminer à 100%. La première et la plus “simple” consiste à utiliser des herbicides spécifiques qui ne vont affecter que cette plante herbacée. Sachant qu’aujourd’hui, on est capable de créer des herbicides qui ont un impact relativement limité sur l’environnement et la santé humaine. Par contre, il faut alterner les herbicides puisque des résistances finissent par apparaître après un certain temps.

La seconde méthode consiste à effectuer un désherbage mécanique cette fois. C’est-à-dire avec le labour qui peut contribuer à enfouir les graines de vulpin des champs à une profondeur importante. Impossible alors pour elles de germer, ce qui les fait pourrir avec le temps. Par contre, on ne peut pas effectuer de labours réguliers si on tient à conserver une structure du sol optimale.

La troisième méthode est de mettre en place une rotation des cultures. En effet, même si le vulpin pousse toute l’année, cela va tout de même perturber son cycle de vie. La pression qu’il exerce sur les champs s’en retrouvera alors réduite avec des cultures devenant moins sensibles. Encore faut-il qu’une rotation culturale soit possible et viable d’un point de vue économique !

Julien B.
Julien B.
Vous allez aussi aimer !
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *